Gouvernance mondiale

La gouvernance des Technologies de l’Information concerne la direction des opérations, les structures de l’organisation et les processus à mettre en œuvre qui permettent à l’organisation informatique de supporter et de développer la stratégie et les objectifs de l’organisation1.

La gouvernance des technologies de l’information (en anglais Information Technology Governance ou IT Governance) fait partie du domaine de la gouvernance d’entreprise appliquée au domaine des Technologies Informatiques et plus généralement des Technologies de l’Information. Son objectif est de mieux les contrôler. Son objectif est d’améliorer les processus de création de valeur, tout en tenant compte de la gestion des risques et des performances des Technologies Informatiques. L’intérêt croissant porté au gouvernement d’entreprise est lui même dû aux différentes initiatives prises au cours de ces dernières années pour renforcer le niveau de contrôle interne des entreprises comme dans la loi Sarbanes-Oxley aux États-Unis et la réglementation bancaire Bâle II en Europe. D’une manière plus générale cet attrait pour la gouvernance s’explique par la prise de conscience générale que les investissements dans les Technologies de l’Information peuvent échapper au contrôle du management des entreprises, et que cela peut avoir un impact important sur les performances de l’organisation.

Une des idées clé de la gouvernance des technologies de l’Information est d’éviter que l’informatique soit une boîte noire. Traditionnellement, le management général des entreprises se sent peu concerné par l’informatique et, quand un problème survient, on s’en remet au responsable informatique de l’entreprise. Il faut corriger cela.

La gouvernance des technologies de l’Information vise à l’implication de toutes les parties prenantes y compris les membres du Comité de Direction de l’entreprise, voire le conseil d’administration, ainsi que les principaux clients internes de l’informatique.

C’est une démarche reposant sur la mise en œuvre des bonnes pratiques, qui permet à l’organisation de s’assurer que ses investissements informatiques contribuent à la création de valeur, d’accroître la performance des processus informatiques et de leur orientation clients, de garantir que les risques liés au système d’information sont sous contrôle, de maîtriser les aspects financiers du système d’information, et de développer les solutions et les compétences en TI, dont l’organisation aura besoin dans le futur, tout en développant la transparence de ses actions entreprises1.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>